Retour à l'accueil du siteRetour à l'accueil du site
Livre d'or du site Sonderkommando.info


Ecrire un message


Afficher uniquement les messages comportant le(s) mot(s) suivant(s) :

Messages : 81 à 100
Page : 5
Nombre de messages : 119
 
le 04/02/2008 à 14:26

Merci pour votre site et votre travail admirables que j'ai déjà découvert il y a quelque temps et où j'ai trouvé des informations précieuses! Merci pour votre résistance de l'esprit et du coeur à l'oubli, à la bêtise, au cynisme...(qui, de plus, prétend donner des leçons d'intelligence et de culture à tout le monde!).
Je dis cela, parce que, ouvrant le livre d'or pour la première fois, je suis proprement indignée par certains commentaires, que je ne m'attendais pas à y trouver.
Ne vous laissez surtout pas décourager par ces commentaires étourdis, malveillants et de "basse polémique". A mon humble avis, je trouve d'ailleurs que vous avez autre chose de plus précieux à faire que de leur répondre longuement.. parce que, ne se situant pas sur le plan d'un dialogue honnête et rationnel, ils ne demandent de fait aucune réponse.
En revanche, je viens aussi d'apprendre certaines choses que j'ignorais.
Alors, merci aussi à ces internautes.
Et à vous, Véronique, je souhaite de tout coeur, bon courage et bonne continuation.

Réponse : Merci de votre message.

En ce qui concerne les commentaires défendant des points de vue auxquels je n'adhère pas, il me semble utile de prendre le temps d'y répondre afin d'expliquer pourquoi, aussi bien pour la personne qui a écrit que pour d'autres lecteurs de ce livre d'or. Ce serait trop facile de ne récolter que les lauriers et passer sous silence les autres messages :-)

Mais ne craignez rien en ce qui concerne mon éventuel découragement, ces commentaires ne peuvent avoir aucune prise sur mes convictions (j'allais écrire "mon combat" !) En revanche, tous vos soutiens me sont importants. Je pense par exemple aux messages qui me disent avoir découvert de l'information sur mon site introuvable ailleurs, ou aux mails qui déclenchent des débats et réflexions de grand intérêt, ...

La seule chose qui me décourage, depuis le début, et je crains qu'on n'y puisse rien, c'est le manque de temps pour travailler, donc la lenteur avec laquelle le site et mes recherches avancent par rapport à ce que je voudrais.
 
le 26/01/2008 à 20:21

a 87ANS l'horreur de ce que j'aivu avec mes camarades de combat hante mon esprit ; il ne peut y avoir d'oubli jamais jamais j'ai toujours eu honte pour les hommes nazifies qui ont pu executer leur travail de mort et de destrucion . Qui peut pardonner un tel massacre , qui pardonnera a ces monstres et il faut plaindre leurs descendants ; amen

Réponse : Bonjour.
Votre point de vue est tellement inimaginable pour moi, que je me demande si je comprends bien ce que vous avez écrit ! Est-il vraiment possible que ce soient les membres des SK que vous appeliez « hommes nazifiés exécutant leur travail de mort et de destruction » avec le qualificatif de « monstres » ?
Dans ce cas, vous faites une effroyable confusion entre bourreaux et victimes. Tous les prisonniers étaient utilisés comme outils par les nazis (pour extraire du charbon, ou construire les camps -y compris leurs crématoires- etc.) La mise en place de la « solution finale » est une décision des nazis, et l’utilisation de prisonniers comme outils dans le cadre de l’extermination des Juifs d’Europe est une manifestation supplémentaire de leur perversité (outre le fait que cela évitait d’imposer aux SS ces activités effrayantes).
Vous savez comme moi (et infiniment mieux que moi si vous avez été déporté !) comment le système concentrationnaire spécifique mis en place par les nazis nous oblige à constater que la nature de l’être humain est telle qu’il supporte les pires humiliations, les pires aberrations, pour vivre ne serait-ce qu’une journée de plus. Chaque prisonnier a obtempéré aux exigences des SS.
Vous savez comme moi que dans cet « autre monde » qu’était le Lager, le rapport à la mort était très différent.
Vous savez comme moi que les membres des SK étaient choisis lors de sélections par les SS parmi les prisonniers, sans savoir de quel Kommando ils allaient faire partie. Il est inimaginable de leur reprocher d’avoir été envoyés dans ce Kommando auquel n’importe quel homme jeune pouvait être affecté. Les monstres ne sont pas ces jeunes hommes qu’on a envoyés au SK et qui ont découvert l’épouvante de ce à quoi ils ont été obligés, mais ceux qui ont pu concevoir et décider de telles mises en place.
Ce qui leur a été imposé de faire ne peut pas être appelé leur travail de mort et de destruction ! C’est le travail de mort et de destruction du programme nazi mis en place par les SS.
Mon site existe précisément pour montrer et expliquer, en particulier aux jeunes générations, en se fondant sur les témoignages et les documents d’archives, ce qu’il en était réellement des SK. Mon but est qu’on ne se fourvoie plus dans la croyance d’une responsabilité de l’extermination attribuable aux membres des SK qui en ont à l’inverse été doublement victimes.
 
le 26/01/2008 à 16:16

On pense tout connaitre , tout savoir mais encore aujourd'hui"hui on ne peux s"imaginer que l'homme en est arrivé là
 
le 26/01/2008 à 07:10

France, samedi 26.1.2008

bonjour
demain dimanche 27.1.2008
anniversaire de la "liberation" des camps d'Auschwitz 27.1.1945
par des troupes soviétiques.
Donc demain commemoration "internationale" .
 
le 25/01/2008 à 13:37

Je viens de découvrir ce site après avoir recherché plus d'infos sur les Sonderkommandos. Cela me coûte beaucoup de le faire mais j'estime que c'est un devoir et une obligation d'affronter cette nuit plus sombre que l'enfer. Personne ne peut imaginer une telle horreur ; et pourtant ce fùt le quotidien de ces hommes. On a toujours beaucoup de mal à y croire. Je suis effondrée. Ce travail de mémoire est indispensable pour nous tous. Merci de nous le rappeler.
 
le 25/01/2008 à 09:51

Bonjour Véronique,

Comme vous habitée par la Shoah sans raison "structurelle" (pas d'ascendance juive, ni de famille massacrée dans les camps) mais ô combien évidente (devoir de mémoire), j'ai découvert votre site ce matin (en cherchant des infos sur Z. Gradowski, dont je viens de terminer le livre).
J'ai non seulement trouvé les infos qui m'intéressaient -et tellement d'autres, bravo pour votre travail de recherche !- mais également beaucoup apprécié la qualité rédactionnelle de vos écrits.

"devrions-nous donc fermer les facs d’histoire ? "
Certes pas (opinion subjective donnée par une ex étudiante en Histoire !) mais peut être faudrait il revoir les programmes de certaines, dont celle de Bordeaux, assez timide quand il s'agit d'aborder la période concentrationnaire (et pour cause, le fantôme de Papon rôde encore...).

Réponses à Egodram :

- "Ne pensez-vous pas que ce sujet est particulièrement vendeur???"
- Oui, et tant mieux ! Il reste si peu de témoins directs !
Mais ne lisent ces ouvrages que les personnes intéressées par la question... nul prosélytisme il me semble...

- "Vous évoquez le "devoir de mémoire"... qu'est-ce que c'est?? Une expression totalement galvaudée et dépourvue de tout contenu! Au nom de quoi devrait-on se souvenir?"
- Au nom de quoi ? De la vie, tout simplement.
Bien sûr, l'Homme ne retient aucune des leçons de l'Histoire. Devons nous pour autant occulter tout ce qui n'est pas nous ici et maintenant ?

- "Pourquoi remuer tout ce passé? Pour se donner bonne conscience? "
- Non, pour demeurer vigilant ; car si nous ne pouvons pas changer le cours des choses, nous avons au moins la connaissance des faits (passés et actuels). Cela n'aide en rien les populations en souffrance aujourd'hui, je vous l'accorde. Mais l'indifférence n'est pas plus féconde.
Car quoi qu'il en soit, c'est bien l'ignorance qui conduit aux pires crimes ; et le décervelage de masse étant ce qu'il est...

merci
 
le 23/01/2008 à 22:25

Bonjour à tous.

Voilà qu'aujourd'hui c'est moi qui écris dans le livre d'or de mon propre site ! Mais je crois que vous êtes plus nombreux à passer ici que sur le blog et comme mon propos est de m'adresser au maximum d'entre vous...
Je veux vous remercier, vous tous qui m'avez contactée de toutes les façons possibles au cas où la diffusion ce soir sur Arte du documentaire d'Emil Weiss suivi de l'émission avec et sur 4 témoins m'auraient échappés.
Merci de votre présence, de votre soutien et de cette marque d'attention qui me fait vraiment plaisir.

Le lien direct vers le blog au cas où (mais il est normalement cliquable en page d'accueil) : http://sonderkommando.info/blog/
 
le 21/01/2008 à 22:20

Bonjour.
D'abord, félicitations pour votre site remarquable que je viens de découvrir.
Sensibilisé très jeune au thème de la Déportation (notre mère, agent de liaison dans un réseau de Résistance, y tenait!), j'ai été fortement marqué par le premier livre que j'ai lu sur le sujet (je devais avoir une dizaine d'années!). Il s'agissait de "Mot de passe : courage", récit apparemment véridique d'un prisonnier de guerre anglais (Charles COWARD) qui aurait fait passer au sonderkommando d'Auschwitz les armes de sa révolte. (j'ai + tard retrouvé la trace de cet anglais au procès de Nuremberg). Mais j'ai aussi lu un certain nombre d'autres documents sur cette révolte d'octobre 44 où on n'évoque absolument pas cet anglais. Lors d'une visite à Auschwitz en 2004, notre guide ainsi que Monsieur Raphaël Esrail m'ont dit ne pas avoir du tout entendu parler de cet anglais. Qu'en est-il exactement? Merci d'avance pour votre réponse.

Réponse : Bonsoir.
Je vous remercie de votre mail. Je vais hélas vous décevoir : sur ce sujet je crains de n'en savoir pas plus que vous. J'en suis moi aussi à cette constatation : aucun des survivants ne parle du rôle d'un prisonnier anglais dans la fourniture d'armes au SK, et a fortiori ne cite le nom de Charles Coward. Pour autant cela ne peut donner de certitude. Les centaines de membres du SK abattus lors de la révolte n'ont pas pu témoigner (sinon peut-être par des manuscrits enterrés non retrouvés...)
En fait je travaille désormais par sous-thèmes que je traite dans l'ordre de priorité qui me paraît le plus logique. Je n'ai pas encore mis en route celui de la révolte et du groupe de Résistance dans le camp, je n'ai donc que des notes éparses et très incomplètes sur le sujet, n'apportant rien de nouveau, rien probablement que vous ne sachiez déjà.
Les deux principales pistes que je vois a priori parmi les écrits seraient le livre de Ber Mark (il ne me semble pas qu'il en parle mais il renvoie à beaucoup de témoignages) et le travail d'Erich Kulka (que je ne connais pas encore suffisamment, en outre il me semble avoir croisé une information digne de foi disant que beaucoup de ses notes sur la révolte du SK n'ont pas été publiées).
Voilà le peu qu'il m'est possible de vous dire aujourd'hui, croyez bien que je regrette de ne pouvoir vous éclairer davantage.
 
le 21/01/2008 à 20:29

Bonjour,

je vais essayer de répondre :
- l'aspect médico-légal n'est pas lié à de l'"éthique", supposez simplement que l'on retrouve des fragments d'os contenant un ADN exploitable... doit-on les laisser, créer une sépulture, devrait-on autoriser ou refuser une recherche d'identification via l'ADN???
- vous pensez que les archéologues travaillent gratuitement?
- vous pensez que vu l'enjeu on laissera n'importe quel quidam participer aux fouilles (fusse-t-il de bonne volonté)?
- le volume fouiller est considérable, en particulier les fosses du K5 et bunker2. Dans le lien vous évoquez des moyens modernes de fouilles sans avoir à retourner le terrain... j'aimerai bien savoir lesquels.
- je laisse de côté les autres camps, je pense l'exact contraire de vous à ce sujet.

J'entends bien votre enthousiasme, je n'ai rien contre, simplement vous vous leurez profondément sur la nature de l'homme. Peut-être un jour vous sera-t-il donné de comprendre le fond de vous-même et de découvrir ce qui vous anime : l'action humaine est toujours intéressée, l'acte moral kantien, cet acte qui n'aurait pour but que lui-même n'existe pas, si vous agissez d'une façon donnée c'est parce que vous y trouvez avantage, (quelque soit cet avantage), et c'est justement en comparant les avantages que l'on se décide à agir d'une façon ou d'une autre..

Comment pourrais-je être négationniste? Peu importe...

Oublier n'est pas nier.

J'ai posté un commentaire car il me semble important qu'il n'y ait pas qu'une seule voix, il me semble important de permettre aux gens de se dire : "pourquoi encore parler de tout cela?" sans culpabiliser. Pourquoi continue-t-on à régulièrement sortir des ouvrages sur le sujet (ou connexes à ce sujet)??? Ne pensez-vous pas que ce sujet est particulièrement vendeur???

"Sans des disciplines telles l’histoire et la philosophie, l’être humain se laisserait davantage encore aller à sa tendance naturelle à la facilité, l’égocentrisme et la médiocrité". Non, car l'être humain n'est ni raisonnable ni bon, et l'idéalisme des lumières mérite d'être dénoncé, jetté aux orties et exécuté sans autres formes de procès.

"Tout passe, et nous-même nous passons"

Réponse : Bonjour.
Après le soupçon d’agressivité de votre message précédent, je ressens aujourd’hui un soupçon de condescendance, mais peut-être ne s’agit-il que d’interprétations de ma part.
- Est-ce à moi de répondre à la question de savoir si des recherches ADN devraient être entreprises ? En outre ce sont bien, avant tout, des questions éthiques.
- Les archéologues ne travaillent pas plus gratuitement que tout le personnel quotidiennement lié à Auschwitz par exemple. La question n’est de toute façon pas de trouver les fonds, ce qui n’est pas une difficulté majeure. Ce n’est absolument pas la raison pour laquelle de telles fouilles n’ont pas été entreprises.
- Un chantier de fouilles se fait sous les ordres de l’ingénieur en techniques archéologiques secondé par ses assistants et une nécessaire équipe de volontaires ayant déjà participé de façon bénévole à des fouilles antérieures ou formés sur place pour le « gros œuvre ». En outre, des fouilles de ce type ne présenteraient pas de difficultés techniques spécifiques.
- Je maintiens que des fouilles auprès du Bunker 2 n’ont pas de sens pour qui connaît les lieux et les faits. Tout d’abord sachant comment s’y déroulait l’extermination (par ailleurs il n’est pas imaginable que des membres des SK aient pu y enterrer des manuscrits étant donné l’encadrement SS) ensuite parce qu’aucun témoignage n’évoque de mémoires enterrés à cet endroit, contrairement au K II, davantage aux III et IV et majoritairement au V. Enfin, les textes n’étaient évidemment pas enterrés dans les fosses de crémation.
- C’est une archéologue australienne qui m’a parlé de moyens non invasifs permettant un sondage du terrain. J’ignore s’il s’agit d’utiliser la résistivité électrique, les géo-radars ou d’autres types de radio-détection, je ne suis pas une spécialiste de cette question.
- Je pense avoir quelque connaissance « sur la nature de l’homme » du fait de ma formation d’origine en psychologie et ne répondrai pas plus longuement à votre « peut-être un jour vous sera-t-il donné de comprendre » qui est d’une prétention amusante.
- Il est en effet toujours intéressant de confronter différents points de vue, au moins pouvons-nous penser nous retrouver sur cette phrase d’ordre général.
- Je vous ai déjà donné mon avis quant au « pourquoi est-il nécessaire d’étudier la Shoah ».
- L’être humain n’est naturellement ni raisonnable ni bon en effet ; à l’inverse sa tendance naturelle le pousse à la facilité, l’égocentrisme et la médiocrité, c’est bien ce que j’écrivais, vous auriez dû me lire. Pour autant cela ne mérite pas de jeter le bébé avec l’eau du bain et la philosophie des Lumières avec ce constat basique.
 
le 20/01/2008 à 19:55

Bonjour,


1 remarque : vous devriez mettre des fourchettes pour le nombre de victimes dans votre tableau des morts par camp et non un chiffre, ainsi que le pourcentage du nombre de rescapés/nombre de déportés.

Un commentaire : vous vous étonnez qu'il n'y ait pas de fouilles pour retrouver d'autres manuscrits. Il y raisons à cela :
- la probabilité de retrouver des documents exploitables est aujourd'hui très très faible.
- il y a des pbs médico-légaux : que faire de restes humains (dents, fragments d'os) qui seraient inévitablement retrouvés.?
- à qui confier la réalisation de telles fouilles?
- le volume à fouiller est considérable (même si on se restreint aux fosses des bunker 2 et krema 5)
- comment financer de telles fouilles? Même avec des bénévoles il faut nourrir, loger les gens, acheter le matériel.
- pourquoi à Birkenau uniquement? Pourquoi pas à Treblinka, Sobibor, Lublin, Chelmo, Belzec?
- la qui appartiendraient de tels documents? Qui les conserverait?

In fine, pourquoi tout cela (ce site et tout ce qui est fait sur la Shoah)? Dans quel but? Pédagogique? Simone Veil elle-même l'a reconnu : sur ce plan c'est un échec total.
Vous évoquez le "devoir de mémoire"... qu'est-ce que c'est?? Une expression totalement galvaudée et dépourvue de tout contenu! Au nom de quoi devrait-on se souvenir?
Pourquoi remuer tout ce passé? Pour se donner bonne conscience? Parce que le fait même de l'oubli vous est insupportable?

"Ainsi tout passe, et nou

Réponse : Je vais devoir répondre de façon concise à vos remarques et questions qui mériteraient débats, parce qu’à la forme « livre d’or » correspond un nombre de caractères limité. Il est possible que ce soit la raison pour laquelle les derniers mots de votre message ne me soient pas parvenus.
- Certes, donner une fourchette serait fort intéressant, à la condition d’en citer les sources. En fait ce tableau ne vise qu’à donner les informations les plus élémentaires, il est périphérique au sujet de mon site et des recherches sur le net permettent à tout un chacun de trouver des réponses. Quoiqu’il en soit, chaque unité de ces chiffres considérables représente une vie qui n’a pas pu être vécue.
- En effet, retrouver des manuscrits qui soient encore au moins partiellement lisibles est une probabilité limitée, mais certains ont été protégés de façon telle que l’espoir de leur lisibilité reste entière (voir par exemple ici http://sonderkommando.info/actu/shlomo.html). Néanmoins c’est une probabilité que l’on regarde s’amenuiser chaque jour et cela depuis plus de 60 ans…
- L’aspect médico-légal : voir les actuelles recherches des fosses communes des Einsatzgruppen par le Père Desbois qui ne semblent pas proposer de problème éthique majeur.
- Ces fouilles seraient bien entendu menées par des archéologues, compétents pour ce type de travail.
- Le volume à fouiller ne serait pas si considérable. Il semble peu utile de rechercher autour des Bunkers où il paraît assez invraisemblable que des textes aient pu être enterrés de façon protégée. Par ailleurs il est désormais impossible (depuis la construction du monument) d’accéder à l’un des côtés du K II et du K III sur toute leur longueur. Enfin les témoignages indiquent qu’une grande quantité de documents a été enfouie autour du K V, celui qui était plus isolé du point de vue de la surveillance constante des SS et où il y avait davantage d’arbres.
- Je ne doute pas un instant que les bénévoles nécessaires se proposeraient, y compris s’ils devaient financer leurs repas et leur coucher. Je me proposerais moi-même comme vous pouvez l’imaginer.
- J’évoque ces fouilles à Birkenau parce qu’on est certain que beaucoup de témoignages y ont été enterrés, ce qui n’est pas le cas ailleurs où les situations sont tout à fait différentes pour diverses raisons qu’il serait trop long d’exposer ici.
- Il semble aller de soi que ce serait le service des Archives du Musée d’Auschwitz qui en assurerait la conservation.

« Pourquoi tout ce qui est fait sur la Shoah » ? Parce que d’évidence la Shoah doit être étudiée en tant qu’évènement majeur de l’histoire du XXè siècle. Parce qu’il y a là le génocide d’hommes, femmes et enfants pour ce qu’ils sont (et non pas pour ce qu’ils font). Parce que cette extermination organisée de façon industrielle est inédite dans l’histoire humaine. Parce que cela pose nombre de questions que l’on n’a pas le droit d’éluder, sur la « nature humaine » en particulier.
« Pourquoi ce site » ? Parce que je ressens la nécessité impérieuse de ces recherches et qu’on m’a convaincue de les déposer sur le net afin qu’elles soient disponibles à la lecture de ceux qui sont intéressés (v. page « informations sur l’auteur » dans l’introduction du site).
« Le but pédagogique est un échec » : si je pensais cela, je ne serais pas enseignante. Or je tiens pour essentiels la recherche d’information, la transmission de connaissances, l’exercice de la réflexion.
« Le devoir de mémoire » est pour moi bien au contraire une expression pleine de contenu. Pour faire court (même si caricatural de ce fait) je dirais que, pour le sujet qui nous occupe ici, son opposé pourrait être le « détail de l’histoire ».
« Pourquoi se souvenir, pourquoi remuer le passé » : devrions-nous donc fermer les facs d’histoire ? Il me semble au contraire que le présent et l’avenir doivent se construire avec les enseignements du passé. Sans des disciplines telles l’histoire et la philosophie, l’être humain se laisserait davantage encore aller à sa tendance naturelle à la facilité, l’égocentrisme et la médiocrité.

Pour terminer, permettez-moi de vous poser une question : si vous défendez des idées selon lesquelles il est sans intérêt de connaître le passé en général et l’histoire de la Shoah en particulier, pourquoi prenez-vous du temps à lire un site comme le mien et à y développer un commentaire ? Etes-vous tenté par le négationnisme ?
 
le 19/01/2008 à 19:45

Vous faites un travail extraordinaire... pour nos familles disparues ... et pour les générations à venir.

Remarque (pour vous véronique) : Vous citez dans les "crédits et remerciements" un recueil intitulé "manuscrits sous la cendres" co-édité par le Mémorial de la Shoah à Paris. Il s'agit en fait "Des voix sous la cendre" et plus exactement "Des voix sous la cendre: Manuscrits des Sonderkommandos d’Auschwitz-Birkenau"

Réponse : Je vous remercie de ce message.

Je vous confirme que je suis la seule personne à écrire ce site d'un bout à l'autre, y compris les réponses aux mails, le blog du site ou ici même pour le "livre d'or".

Vous avez raison, ma phrase était mal formulée, je l'ai revue afin qu'on ne pense pas que je cite le titre de l'ouvrage de façon précise mais bien que j'y fais référence.
Tout ce qui concerne les livres que j'ai lus est dans la rubrique "livres" de la médiagraphie que je construis peu à peu (http://sonderkommando.info/mediagraphie/livres/index.html) et je pense que vous verrez avec satisfaction qu'il s'agit du premier cité, que j'en donne toutes les coordonnées et que j'en explicite le contenu.
 
le 16/01/2008 à 12:10

C'est pour m'associer en tous points au msg du 08/10/07 de MACBERT de Genève.
 
le 15/01/2008 à 14:38

Etonnant que dans la bibliographie, le livre de David SZMULEWSKI, "Zikhroynes fun widerstand, Auschwitz-Birkenau", ne soit absolument pas cité. De plus, il était délégué par le gouvernement polonais au procès de Francfort.

Réponse : La raison en est la suivante : ma médiagraphie n'est pas annoncée comme exhaustive. Je précise bien que les documents qui y figurent sont les livres que j'ai lus et documents que j'ai vus personnellement (donc avec des ajouts au fur et à mesure). Ce sont les ouvrages que je suis susceptible d'évoquer sur le site.
En outre, je ne peux lire que les ouvrages en français, anglais, allemand (et espagnol éventuellement).

Pour une bibliographie (de septembre 1999) concernant la Résistance Juive et la Pologne, voir utilement :
http://www.ushmm.org/research/center/lerman/bibliography/pdf/bibliography.pdf
 
le 29/12/2007 à 14:00

Bonjour,
passionné par le sujet, depuis 35 ans, je viens de découvrir votre site. Permettez moi de vous féliciter pour cet excellent travail. Il faut continuer ce travail de mémoire. Encore bravo et amicalement.

Réponse : Merci pour vos encouragements.
 
le 27/12/2007 à 17:55

je tiens à vous féliciter vous et votre équipe pour votre site cela fait 15 ans que je m'intéresse à la shoah surtout à la diffusion du film du même nom de claude lanzmann

Réponse : Je vous remercie.
Je ne suis pas une équipe, je travaille seule (recherches puis rédaction des pages) et c'est mon compagnon qui joue le rôle de photographe et assure les aspects techniques de la mise en ligne.
Si vous voulez en savoir plus à ce sujet, regardez sur le blog du site, le texte que j'ai intitulé "Mé kissé ce site ?" à la date du 22 juin 2007 (lien cliquable ici : http://www.sonderkommando.info/blog/index.php?/page/2) ou ma page de présentation sur le site (http://www.sonderkommando.info/presentation/auteur.html) où j'évoque davantage mes motivations.
 
le 13/11/2007 à 11:59

Bonjour,

C'est avec grand intérêt que j'ai pris le temps d'explorer votre site web qui, soit en passant, est très bien fait. Ayant parcouru des centaines de sites web à ce sujet, j'ai trouvé le vôtre très instructif et intéressant. J'ai bien hâte de me mettre à la lecture de cette documentation. Merci de me faire partager cette même passion de cette histoire qui ne doit jamais être oubliée.

Merci.

E.F.

Réponse : Merci de ce sympathique commentaire. Il est toujours agréable d'avoir confirmation de la satisfaction et de l'intérêt des lecteurs.
 
le 12/11/2007 à 13:55

Bonjour,
Votre site, remarquable, me conduit à vous contacter. Né en Septembre 1942 [...] mon père, avant son départ à Auschwitz, d'où il est revenu. [...]
Je fais actuellement une démarche pour faire reconnaitre comme "JUSTE" les fermiers du Loiret qui m'ont caché mais je me heurte à beaucoup d'obstacles.
Même pour un Doctorant en Histoire comme moi, les archives sont le plus souvent closes. Je dispose de beaucoup de documents familiaux (correspondances, photos, etc..) mais hélas il y a encore beaucoup de lacunes pour reconstituer de façon cohérente toute mon histoire. Or si je découvre un grand nombre de circonstances extraordinaires qui m'ont permis d'être vivant aujourd'hui, j'aimerais préciser certains points.. [...] Etes-vous en mesure de m'aider ? [...]
Cordialement
M. L.

Réponse : Bonjour.

Je vous remercie de votre message. Comme vous l'avez adressé au livre d'or, je l'y laisse, mais j'ai fait certaines coupures pour ce qui m'a paru personnel, en supposant que ce serait ce que vous souhaiteriez, j'espère ne pas avoir eu tort.

Si cela vous semble présenter un intérêt, vous pouvez me contacter personnellement par le biais de l'adresse mail figurant également sur la page d'accueil du site (la petite enveloppe juste sous l'icone "pour laisser un message sur le livre d'or"). Cela dit, je vous écrirai un mail complémentaire prochainement.

Néanmoins, je suis au regret de vous dire que, bien que je sois évidemment sensible à cette recherche que vous menez et à ce statut d'"enfant caché" qui fut le vôtre, je ne peux évidemment répondre aux demandes de ce type, à la fois faute de temps et faute de compétences (je suis certaine de n'en avoir pas plus que vous, en tant que doctorant en histoire).

Au cas où vous ne le connaitriez pas, le site http://www.parolesetoiles.com/ pourrait peut-être vous être utile, y compris pour des conseils auprès de personnes qui auraient déjà fait le même type de démarches que vous.

Très cordialement,
Véronique.
 
le 08/10/2007 à 20:55

Bonjour,
Très heureux d'avoir découvert votre site Internet. Bravo et merci pour ce travail. Je relève également ce que vous dites en introduction pour vous présenter. Ce qui motive votre travail en tant que non historienne: avoir toujours été portée par ces questions, ressentir une profonde compassion (même si elle devait déranger les membres des SK encore vivants aujourd'hui). Vous êtes exactement à l'inverse des Nazis et des SS concernés par cette tranche de l'Histoire, qui, eux, étaient effrayants de "naturel" lorsqu'ils commettaient leur crimes: vous témoignez d'une empathie, d'une sympathie (au sens premier du mot) et d'une flamme qui ne sont pas qu'une feu de paille. C'est le véritable don divin de l'amour qui ne s'éteint pas et qui triomphe de tout.
Je formule mes voeux les plus ardents pour que votre entreprise de recherche et d'information soit une oeuvre utile, voire libératrice, pour ceux qui ont dû taire leur souffrance pendant si longtemps.
Cordialement

Réponse : Emue et ne sachant quoi vous répondre sinon...
merci.
 
le 27/09/2007 à 13:20

bonjour,
je trouve votre site extrement interessant, je m'interesse a la question depuis tres longtemps et notamment sous l'angle du questionnement autour des rapports liant la modernite et la barbarie.
je serais tres heureux de correspondre sur ce sujet avec vous
cordialement

Réponse : Bonjour.
En attendant d'engager la discussion, une information en guise de réponse : le n° 12 du mensuel "Philosophie magazine" de sept. 2007 propose un dossier intitulé :
"De la Shoah au Rwanda. Héros et bourreaux : deux visages de l'humanité".
Les contributeurs en sont : Gitta Sereny (historienne, entretiens avec F. Stangl, cf médiagraphie du site), Rony Brauman (ancien président de MSF), le philosophe Michel Terestchenko, le politologue Jacques Sémelin, l'écrivain Jean Hatzfeld (devenu spécialiste du génocide Rwandais) et le psychiâtre et psychanalyste Christophe Dejours.
A bientôt !

Le site du mensuel : http://www.philomag.com/
 
le 17/09/2007 à 19:00

votre site est extraordinaire, mais ne serait-il pas possible que la couleur des textes soit noire au lieu de rouge, ou du moins qu'il y ait une option pour les lire en noir ?
Très cordialement

Réponse : Merci de votre commentaire.
Pour ce qui est de la couleur des textes, je crois que techniquement ce serait assez compliqué... Dans tous les cas, je serais très intéressée que vous me disiez pourquoi (cette couleur vous parait-elle plus difficile ou désagréable à lire que du noir ?)

Quelques temps plus tard, vous m'avez répondu ceci : "il s'agit tout simplement, en ce qui concerne ma propre vue, d'un confort de lecture sur écran ; je peux lire plus longtemps un texte dont les lettres sont noires sur fond clair que rouges sur fond clair, sinon ma vue s'embrouille par fatigue visuelle. Mais j'ai réglé le problème : j'imprime désormais vos textes, et ils sortent noir sur fond blanc ..."

Je suis désolée d'apprendre que pour certains d'entre vous ce choix de couleur rend pénible la lecture du site et je vous prie de m'en excuser. Je vois que je vais vous faire dépenser bien des cartouches d'encre pour votre imprimante
   
Messages : 81 à 100
Page : 5
Nombre de messages : 119