Retour à l'accueil du siteRetour à l'accueil du site
Livre d'or du site Sonderkommando.info


Ecrire un message


Afficher uniquement les messages comportant le(s) mot(s) suivant(s) :

Messages : 61 à 80
Page : 4
Nombre de messages : 119
 
le 17/01/2009 à 14:05

Bonjour.

L'analyse d' Egodram m'interpelle fortement. Et je suis sensible à tous les arguments qu'il déploie. Je me permets donc d'y apporter quelques éléments de réponse.
D'abord (mais ce n'est guère important) peut-être y a t- il une faute de frappe ou une confusion, uniquement dans l'orthographe d'ailleurs, entre Simone Weil (la philosophe morte à Londres pendant la guerre) et Simone Veil.
Ensuite, on peut sans doute distinguer un mobile d'un motif. Un mobile est personnel, intéressé, souvent inconscient. Un motif est un but conscient et réfléchi. Etant donné le fonctionnement du psychisme humain, tous nos actes obéissent, de façon inconsciente, à ce type de mobile.
Mais, une fois cette prise de conscience effectuée, cela enlève-t-il quoi que ce soit à la valeur du motif et de l'action qui s'ensuit par conséquent? Autrement, il faudrait conclure que toutes les actions se valent; ce qui n'est pas vrai.
Pour finir, la morale Kantienne ne désigne qu'un idéal ; Kant, prenant le soin de préciser que, quand bien même il n'y aurait jamais eu dans le passé et il n'y aurait jamais à l'avenir un acte vraiment moral c'est à dire totalement désintéressé, cela n'enlève rien à la définition de l'acte moral authentique.
La preuve, c'est que nous avons tendance à condamner tout acte dont le mobile conscient ou inconscient nous parait intéressé car il n'est pas à la hauteur de l' "idée" que nous nous faisons de la morale.
Mais, comme dit plus haut, ce qui importe; ce n'est pas le mobile mais le motif c'est à dire le but recherché. C'est sur ce motif qu'il nous faut réfléchir pour opérer les choix que nous estimons les "meilleurs".
Et encore une fois, tous les motifs et tous les actes ne se valent pas.
 
le 16/01/2009 à 17:34

Bonjour,

A propos de la procédure Nacht und Nebel, Nuit et Brouillard NN (cf votre page sur les tatouages). Cette procédure n'a jamais concerné les détenus raciaux (danger pour la race aryenne), mais des détenus "politiques" (danger pour la sécurité du Reich) ; au passage, le fait de détenir un fusil vous rendait passible du décret NN. C'était un truc pondu par Hitler-Keitel et qui ne s'appliquait qu'en Europe occidentale destiné à faire peur : extrait de la directive II du décret NN du 7 dec 1941 : "Un effet de frayeur efficace et durable ne peut être atteint que par la peine de mort ou par des mesures propres à maintenir les proches et la population dans d'incertitude sur le sort des coupables. Le transport en Allemagne permet d'atteindre ce but" (voir pour les textes complets : "Les NN, le décret, la procédure Nacht und Nebel (Nuit et Brouillard)" de J. de La Martinière ed FNDIRP 1989). L'application de ce décret était du ressort de l'OKW et pas du RSHA. L'immense majorité des détenus NN a été déportée dans des prisons puis dans des camps situés dans le Reich. C'est certainement par erreur qu'il y a eu quelques détenus NN (extrêmement peu nombreux) envoyés sur Auschwitz-Birkenau, par exemple quelques françaises dans le convoi de Charlotte Delbo (voir "Le convoi du 24 janvier" ed de Minuit) marquées NN et qui se sont retrouvées à Rajko qui était un commando extérieur de Birkenau, situation ubuesque puisque parmi les spécificités de traitement des NN il y avait l'obligation absolue de rester dans les Stammlager.

Réponse : Merci à vous,
autant pour moi,
nécessaires modifications effectuées.

(A ce propos, incluant la mise au point quant à la confusion-glissement de sens entre "Nacht & Nebel" et extermination des Juifs, voir aussi Annette Wieviorka / Déportation et génocide, p. 223 et suivantes).
 
le 14/01/2009 à 20:46

Bonjour,

en relisant mes derniers post je me suis rendu compte effectivement qu'is étaient un peu virulents (voir plus...), je vous reconnais une grande qualité : vous ne pratiquez pas la censure! Merci.
Comment clarifier un peu mes sentiments par rapport à tout cela : la Shoah, le "devoir de mémoire", etc? Disons que je ne perçois pas clairement le but de tout cela ; s'il est pédagogique, ben c'est un échec (et Simone Weil l'a bien dit lors du soixantième anniversaire de la libération d'Auschwitz-Birkenau-Monowitz). Qu'avons-nous besoin de ressasser tout cela? Est-ce que l'occident (et la France en particulier) a eu une attitude prouvant que "la leçon a été comprise" lors de la tentative de génocide au Rwanda? Pourquoi une telle focalisation sur UNE tentative de génocide (et une telle agitation) et pratiquement RIEN sur d'autres cas (Arménie, Héréro, Chine, ex-URSS)?? Qu'est-ce que ça change de se souvenir ou d'oublier? Vous pensez que la façon d'agir des pays occidentaux vis à vis de la Chine à propos du Tibet démontre là aussi que "la leçon a été retenue"? (et on est bien là aussi dans un génocide, bien moins brutal il est vrai, mais c'est bien la disparition d'un peuple et d'une culture qui est visée, comme l'Allemagne vis à vis de la population juive à partir de 1941).
Et puis il y a quand même une récupération assez sordide : là le but c'est de faire du fric : "Les Bourreaux volontaires d'Hitler" ; "Les Bienveillantes", ou tout simplement le numéro spécial de tellle ou telle revue d'histoire sur La Solution finale... ou encore "Au nom de tous les miens" ; que je sache les auteurs n'ont dans aucun des cas précédents renoncé à leurs droits financiers!!
Ce prétendu "devoir de mémoire" autrement dit cet impératif moral de se souvenir repose bien souvent soit sur un intéressement direct (financier, politique), soit sur une culpabilité rampante, soit sur un vécu personnel qui fait que l'individu trouve là-dedans une caisse de résonnance à ses pbs, à son psychisme (pratiquant ainsi une sorte de catharsis si je puis dire).
Très bien tout ça, mais que l'on soit honnête : que l'on dise : "il faut se souvenir parce que moi j'éprouve de la culpabilité à ce sujet" (par exemple), et pas une histoire de devoir désincarné à la façon de la vertu kantienne (laquelle n'est que pure vue de l'esprit).
Dernier point : pensez-vous que toute les personnes vues comme juives par les autres soient unanimes à vivre dans ce souvenir??? Vous évoquez une "boucherie pas comme les autres" et l'importance de ce "pas comme les autres"... ne pensez-vous pas que justement ce "pas comme les autres" finit par être pénible? Le "juif" est-il donc condamné à l'errance, ne peut-il échapper à sa judaïcité, à sa différence, à la différence?

Réponse : Non, pas de censure, a priori, sinon à quoi bon ouvrir un lieu où chacun puisse s'exprimer ? Puisque nous sommes dans les congratulations et reconnaissances, j'en profite pour vous remercier de ce regard rétrospectif sur vos propres propos.

Simone Weil ? Simone Veil !

Le but de "tout cela"... je ne peux pas répondre de façon générale, mais pour ce qui me concerne et en quelques mots :
- le but de ce site pour moi est de restituer la réalité des SK d'Auschwitz et Birkenau parce que je crois que justice (vérité) ne leur a pas été rendue, et pour cela de regrouper ici et partager (mettre à disposition) des informations qu'on ne trouve pas forcément aisément (ou pas complètement exactes)
- le but des projets spécifiques que je mets en place pour les élèves de mon lycée est de prendre le temps de s'arrêter sur cette page de leur programme d'histoire (qui les intéresse et les interroge). Pour ce qui est des faits, j'explique, je raconte, je réponds aux questions, mais aussi je propose des pistes de réflexion, j'envisage des prolongements de ces réflexions pour aujourd'hui et demain, j'ouvre des portes sur des notions telles que le rapport de l'humain au pouvoir et à l'abus de pouvoir, la soumission à l'autorité, ...

Je connais bien sûr ces réflexions amères que vous m'opposez (et les autres génocides ? et le "jamais plus" non respecté ?). Pour autant, faut-il ne rien faire ? Ma réponse est non, vous vous en doutez. Et puis sans doute un enseignant ne peut-il, par définition, que croire aux vertus pédagogiques ?

Sur la question financière, je ne suis pas autrement choquée à l'idée qu'un travail soit a priori payé en retour. Celui ou celle qui passe quelques années à étudier Charlemagne et écrire un ouvrage sur le sujet n'offrira pas ses droits financiers à je ne sais qui.

L'impératif moral (que je ressens, en effet, sans quoi je ne passerais pas mon temps libre autour de ces sujets, que ce soit pour ce site, pour les préparations destinées au lycée ou tout simplement pour mieux "savoir et comprendre") est sans doute une vaste question. Elle a vraisemblablement des ramifications diverses qu'il faudrait chercher dans les structures psychologiques personnelles de chacun, donc dans les miennes aussi bien entendu. Et vous, quels sont vos "moteurs" ?
Mais n'est-il pas suffisant que l'étude de l'extermination soit un angle de l'étude de l'humain ? étude politique, sociologique, psychologique,... quels que soient par ailleurs les échos au plus profond de soi ?
Pour autant je n'éprouve pas de culpabilité spécifique, sinon peut-être celle de faire partie de l'espèce humaine.

La formule "boucherie pas comme les autres" ne stigmatisait en rien les Juifs. Elle se référait aux spécificités de cette volonté d'extermination (en tant que projet du gouvernement d'un pays -pays de culture et du XXè siècle- organisé de façon bureaucratique et mis en place selon des modalités industrielles).

"Le Juif peut-il échapper à sa judaïcité" est encore une toute autre question. J'ai bien peur qu'elle ne soit digne de mériter un livre à elle seule...
 
le 20/12/2008 à 12:18

Chère Véronique
Bravo et merci pour ce reportage journalistique vif et animé sur Copenhague, ses liens avec votre sujet et ses surprises comme l'expo du Musée des Travailleurs Danois.
Voir cette trappe par où étaient introduits les granulés de Zyklon B m'a asphyxié pendant un court instant solidaire avec "eux" et, je le suppose, avec vous.
J'ai regretté toutefois que vous ayez cru devoir relayer des réserves sur la politique du petit Pays occupé. Qu'auraient fait à la place des Responsables ceux qui émettent des critiques ? Qui sont-ils et qu'ont-ils fait eux-mêmes ? Ils n'étaient pas nés.

Réponse : Merci de ce gentil message !

En effet, c'était quelque chose de "considérable" (je ne sais comment le qualifier !) de me trouver devant cette trappe...

Bien sûr, il m'a semblé nécessaire de relayer aussi les critiques, puisqu'elles ont été formulées. Mais il ne faut pas négliger le commentaire qui les complète et qui explique comment, à mon avis -et sans doute pas seulement au mien- cette attitude a surtout été une stratégie efficace et évidemment positive à terme, lorsqu'on en mesure les résultats.
 
le 23/11/2008 à 19:00

Je m'excuse, Véronique, de me substituer à vous pour répondre en partie à Egodram.
Je ne comprends pas ; qu'est-ce qui est au juste "vide de sens"? la "mémoire", le "devoir de mémoire", la recherche historique?
On peut sans doute critiquer le "devoir de mémoire" si on entend par là l'injonction morale de se souvenir. Mais, après tout, personne n'oblige personne à se souvenir (surtout quand on est adulte et que l'on n'a pas à "subir" un quelconque enseignement historique donné à l'école.) Effectivement, il faut encore pouvoir éviter toutes les commémorations... Mais c'est comme ça; on n'y peut rien. Toute civilisation humaine se bâtit sur la mémoire .
On peut aussi douter, c'est vrai, que les hommes tirent des leçons de l'histoire. Mais l'humanité s'en porterait-elle mieux s'il n'y avait plus d'enseignement historique? Essayons donc l'oubli et l'ignorance ou encore une histoire "falsifiée"; on verra ce que cela donnera.
Cependant, je ne vois vraiment pas pourquoi on critiquerait une recherche historique portant sur une période aussi récente et aussi grave de l'histoire de l'humanité Européenne.
Et puis, après tout, le sens dépend du choix de chacun. Donc ce qui est absurde pour les uns peut avoir du sens et de l'importance pour les autres.
Pour finir, Véronique, je vous souhaite bon courage et bonne continuation dans vos recherches !
 
le 22/11/2008 à 09:47

Bravo pour ce magnifique travail de recherche et d'information, pour ne jamais oublier où peut conduire la barbarie.
Serge
 
le 21/11/2008 à 23:01

Bonjour,

je vous accorde tout à fait ce droit, après à vous d'en assumer les conséquences, en particulier des remarques négatives, c'est ça aussi écrire et "publier" (au sens de "rendre public").

Le sujet de ce site me touche de suffisamment près pour que je sois fondé à venir de temps à autre ici afin de voir ce qu'il y est fait "au nom de la mémoire" (expression totalement vide de sens comme déjà dit).

Réponse : J'assume, j'assume, preuve en est que je "publie" (au sens de "rendre public") les messages que vous déposez ici.

Je me doute bien que le sujet de ce site vous touche de près, sans quoi vos commentaires n'auraient pas cette virulence derrière laquelle on sent à la fois inquiétude et blessure.

Quant à la question de la "mémoire" je vais essayer en quelques mots d'exposer mon point de vue (bien que je sache que c'est peine perdue que de penser pouvoir expliquer ce que j'entends lorsque je dis "mémoire").
Pour moi, dans un premier temps (au sens chronologique du terme), il y a le vécu. Dans un second temps, il y a la mémoire (les survivants témoignent et informent, c'est irremplaçable) et puis on entre dans l'Histoire.
Il me semble qu'aujourd'hui, nous arrivons dans ce "temps de l'Histoire". Pour vous et moi, la Shoah est contemporaine, pour les jeunes elle fait partie de l'Histoire apprise en cours, à l'école. Le problème de l'Histoire en milieu scolaire est le risque, par manque de temps (et ça ne va pas s'arranger je le crains) que tout apparaisse comme équivalent aux jeunes ("les guerres sont toujours des boucheries", ce genre de remarques).
Ce dont je parle lorsque je dis "mémoire" est donc une volonté de participer à l'information et la réflexion sur la Shoah : il ne s'agit pas d'une "boucherie comme les autres". Si seuls les Juifs en sont conscients et transmettent cette mémoire, nous avons perdu cette bataille car elle doit être collective.
 
le 12/11/2008 à 20:28

Bonjour,

cit "permettez-moi de ne pas m'exprimer quant à Martin Gray".

Quel courage! Et votre site est dédié à la mémoire des membres des SK... Vous êtes historienne, prof de surcroît et vous vous taisez... Que feriez-vous si un de vos élèves vous demandait votre avis sur "Au Nom de tous les miens"???

Le livre "Au Nom de tous les miens" est un ROMAN, il n'a pas été écrit par Martin Gray mais par Max Gallo à partir du récit de Martin Gray.
Ce livre contient des erreurs qui ont relévées en particulier par Gitta Sereny, entre autre le fait que Gray évoque la fausse gare du camp de Treblinka alors qu'à l'époque où il dit avoir été à Treblinka (de surcroît dans un SK), cette gare n'existait pas! Il y a d'autres erreurs dans l'ouvrage.
Lors d'une confrontation avec Gitta Sereny, celle-ci lui a dit : "Vous n'avez pas été à Treblinka!" et lui de répondre "Et alors?" ("Does-it mater?")

A partir de ces simples faits tout un chacun pourra se faire une petite idée de toute cette histoire.
Il sera utile aussi de faire une recherche sur Internet avec les mots "Sereny Gray Treblinka"... On trouvera des références à 3 articles du Monde sur le sujet.

Pour l'auteur de ce site :
vous feriez un vrai travail d'historienne, vraiment dédié à tous ces hommes, et auriez toute ma considération si, plutôt que de compiler des informations pas très difficiles à trouver sur les SK (voir nizkor project), vous établissiez clairement la vérité sur Martin Gray.

Pensez à ceux dont vous prétendez honorer la mémoire.

Réponse : Bonjour.
Vous seriez aimable de m'accorder le droit -sur mon propre site comme ailleurs- de m'exprimer ou pas sur ce que je souhaite, et vous me reconnaîtrez l'élégance de vous laisser vous exprimer sur ce site dont je me demande bien pourquoi vous le fréquentez toujours puisqu'il vous déplaît tant et que vous prétendez trouver ailleurs ce que je publie ici.
 
le 17/10/2008 à 09:01

Bonjour,

Je voudrais connaître la procédure concernant le tatouage, quel était l'outil ou les outils employés pour tatouer les internés ?

Merci pour votre réponse.

Réponse : Bonjour.
Il n'est pas possible de répondre convenablement à cette question en quelques lignes mais je travaille actuellement sur une page qui, je le crois et l'espère, répondra à vos questions sur le sujet. J'aimerais parvenir à la terminer et la mettre en ligne fin novembre.
Merci de votre patience d'ici là.

03 décembre 2008.
Complément de réponse : la page est en ligne et consultable ici :
http://sonderkommando.info/lieux/auschwitz/tatouages/index.html
 
le 15/10/2008 à 21:10

Bonjour, je tiens à vous féliciter pour votre travail sur les sonderkommandos, ces hommes ayant vécu l'abomination absolue.
Est-il avéré que les SK de Treblinka étaient "liquidés" chaque jour pour être remplacés le lendemain ? Y a-t-il eu des survivants des SK de ce camp ? (Martin Gray serait à ma connaissance le seul)
Merci d'avance pour vos réponses et encore félicitations.

Réponse : Bonjour.
Je vous remercie de votre mail et de vos encouragements.

N'étant pas spécialiste des Sonderkommandos de Treblinka, je resterai très prudente quant à ma réponse. Voilà ce qu'il me semble pouvoir dire :
- Les situations ne sont pas identiques ni transposables d'un camp à un autre (même s'il y a des points communs) et pas même identiques, au sein d'un même camp, d'une époque à une autre, parce que les modalités de l'extermination décidées par les SS ont "évolué", elles ont été modifiées au fil du temps. Par exemple les corps des victimes, enterrées dans des fosses communes dans un premier temps, ont ensuite été exclusivement réduites en cendres.
- Les membres des Sonderkommandos à Treblinka ont peut-être été elles-mêmes abattues quotidiennement dans la toute première phase de la vie du camp (comme ce fut le cas au tout début de l'existence des Bunkers à Birkenau), mais ce ne fut pas le cas ensuite (et tel n'était pas l'ordre officiel de la SS).
- Permettez-moi de ne pas m'exprimer quant à Martin Gray.


Si vous souhaitez vous informer davantage et si vous ne les connaissez pas, je vous recommande deux lectures concernant Treblinka :

* Gitta SERENY / Au fond des ténèbres .- Denoël, 2007, 2-20725929-0
(vous pourrez voir quelques commentaires concernant cet excellent livre dans la médiagraphie du site)

* Richard GLAZAR / Trap with a green fence (ou, en allemand : Die Falle mit dem grünen Zaun .- Fischer, 3-59650589-5. Je pense qu'il n'est hélas toujours pas traduit en français).

Vous pouvez aussi consulter, sur Internet :

* http://www.deathcamps.org/treblinka/treblinkaoverview.html

* http://www.youtube.com/watch?v=ogmBWA9Y7Bk
 
le 01/10/2008 à 17:38

bonjour j ai appris l existence des sonderkommando grace au livre du meme nom ce qui m a fait chercher des infos sur mon moteur de recherche et je suis tres content d etre arrivé jusqu a votre site qui m apporte beaucoup de precision merci pour ce site et pour notre devoir de memoire a bientot
sincerement, laurent

Réponse : Bonjour.
Merci pour ce message... et bienvenue aux Bretons !

C'est du livre de Shlomo Venezia dont vous parlez j'imagine. Si le sujet vous intéresse, je vous propose de lire aussi celui de Filip Müller (voir la médiagraphie du site).
Dans tous les cas, bonne visite du site.
 
le 08/09/2008 à 15:24

Je ne fais que découvrir ce site, mais déja un grand bravo pour la profondeur du travail et l'humanité des commentaires!

Réponse : Merci d'avoir pris le temps de laisser ce gentil message.
Je vous souhaite une bonne visite du site.
 
le 27/08/2008 à 18:12

MAD/ VERONIQUE CHALOM

JE VIENS DE TERMINE DE LIRE UN LIVRE "JO WAJZBLAT" DU GETO DE LODZ ECRIT PAR GILLES LAMBERT , RESCAPE DES CHAMBRES A GAZ A AUSCHWITZ COMME SOPHIA LITWINSKA QUI A TEMOINGNE AU PROCE BERGEN BELZEN POUR VOTRE INFORMATION.

AUSSI TOUTE NOS GRAMD REMERCIMENT POUR LES PAGES EN HEBREU CELA ETAIT RECU DANS NOTRE FORUM AVEC UNE IMMANCE SATIFACTION.

IL Y A UN PETIT PROBLEME DANS LE TEXT TEMOINGNAGE BERGEN....
IMPOSSIBLE DE FAIRE DESCEMDRE TOUTE LA PAGE DONC COINCE

ENCORE AU NOM DE TOUT LES MEMBRES DU FORUM TODA RABA
RECEVEZ LE MEILLEURE DU MONDE
SABA ARIE

Réponse : Bonjour.

En effet je connais ce livre, il fait partie de la médiagraphie du site (http://sonderkommando.info/mediagraphie/livres/index.html) dans laquelle je donne au fur et à mesure les références des livres que je lis, avec quelques lignes pour donner une indication de leur contenu.
Un nouveau livre est d'ailleurs sorti récemment concernant Jo Wajsblat mais je ne l'ai ni acheté ni lu.

Pour les pages concernant le procès de Belsen, je ne sais pas ce qui se passe, chez moi elles fonctionnent toutes très bien. J'espère que le problème ne durera pas !

Merci de leurs voeux aux membres du forum
et merci à vous.
 
le 22/08/2008 à 07:05

Bravo Madame pour votre travail...
Que pensez-vous des films tels que The Grey Zone ou Fateless ?

Réponse : Bonjour.
Je vous remercie de votre message, d'autant que vous me faites découvrir l'existence de "Fateless" ! J'ignorais que le livre d'I. Kertész avait donné lieu à un film... que je vais donc regarder.
Quant à "The Grey zone" il a avant tout le mérite d'exister (mais pas en français, je crois ?) ce qui me paraît déjà considérable. Ensuite j'ai été impressionnée par la reconstitution des lieux. Enfin, les erreurs qu'il contient me semblent ne pouvoir être imputées qu'au livre dont il est une adaptation fidèle.
Est-ce aussi votre point de vue ?
 
le 17/08/2008 à 08:30

Madame Veronique Chevillon
Au nom du forum "TAPOUZ -CHOA , TIOUD ANZAHA "
תפוז - שואה תיעוד והנצחה
je vous presente leur respect pour votre courage et votre site (dont je traduis certaines pages en Hebreu).
Merci Shalom
 
le 12/05/2008 à 15:28

Bonjour, et bravo pour votre travail, j'ai aujourd'hui 38 ans et je n'ai pas connu cette terrible époque. mais il ne faut jamais oublier, expliquer à nos enfants. J'ai eu l'occasion de me rendre moi-même à Auchwitz et à la lecture de votre site, des sentiments perçus sur place me sont revenus, c'est impressionnant comme l'endroit dégage une atmosphére pesante.
Si vous vous voulez d'autres photos, j'en ai quelques unes. Encore bravo et merci pour votre courage.

Réponse : Merci pour votre message.
Etant allée à Auschwitz et Birkenau longuement et avec beaucoup de matériel photo (et celui qui sait s'en servir !) j'ai quantité d'images. Je vous remercie néanmoins pour cette généreuse proposition.
 
le 08/05/2008 à 00:30

En primer lugar quisiera disulparme por escribir en Español, pero por desgracia no hablo Francés.
En segundo lugar, felicitarle por su noble tarea. Estudio traducción de alemán y realizo un trabajo sobre la vida y la muerte en Auschwitz (I,II y III). Leer esta página (con la ayuda de mi apreciada amiga francesa) me ha hecho cambiar la perspectiva de mi trabajo.
Realmente, esta gente debería gozar de mayor reconocimiento, pues no hay mayor muerte que la de aquel que mata obligado.

Mis felicitaciones. Un saludo desde Granada.
 
le 21/03/2008 à 12:04

Véronique,

Je viens juste de prendre connaissance de vos dernières recherches admirables de précision et de rigueur sur le bunker 1. Que de travail! Que d'apports infiniment précieux à la connaissance des "choses"!
Je tiens à vous en féliciter et à vous en remercier.

Par ailleurs, je partage vos préoccupations sur l'absence de recherche d'autres manuscrits enfouis. Comme vous, je ne comprends pas pourquoi ces recherches ne sont pas entreprises au plus vite (avant qu'il soit peut-être trop tard); surtout que les SK ont indiqué avoir caché, avec le plus grand soin pour qu'ils soient retrouvés, beaucoup de documents ou autres traces. La moindre des choses serait quand-même de respecter leur volonté de témoigner jusqu'au bout et donc de chercher. même si, en définitive, on ne trouve rien.

A ce propos, les recherches du P.Desbois qui respectent les ossements (en faisant appel aux rabbins), peuvent peut-être donner des idées, en tous cas du point de vue moral, sur la façon dont on pourrait s'y prendre? Il est vrai cependant que les fosses communes (sauf une) ne sont pas ouvertes.

Bien à vous.
 
le 20/02/2008 à 16:22

Documentaire sur la Shoah par balles sur le magazine de France 3 "Pièces à conviction" le 12 mars prochain à 20h50.
"Un génocide dont on parle peu et qui a pourtant coûté la vie à des millions de juifs. La Shoah par balles, ce documentaire proposé par la chaîne, sera suivi d'un débat filmé depuis le Mémorial de la Shoah à Paris".
 
le 08/02/2008 à 18:47

Message pour Veronique :
Bonjour!
Je me permets de passer ce petit mot sur le livre d'or à propos du message du 26/01 de Jean Jacques de Tourgeville et de la réponse que vous lui avez faite, car je me demande s'il n'y a pas eu un malentendu. A la lecture du message de Jean Jacques, je me suis demandé s'il ne s'agissait pas d'un militaire qui, ayant participé à la libération d'un camp nazi, en a évidemment été choqué et qui, par le terme "hommes nazifiés" désignait tout simplement les SS et leurs acolytes ayant effectué "un tel massacre" (les sonderkommando n'effectuaient pas de massacre!). Peut-être est-ce que je me trompe dans mon interprétation, seul Jean Jacques pourrait nous répondre.... Mais si c'est votre interprétation qui est la bonne, évidemment je suis complètement d'accord avec vous, ce message serait alors inadmissible!
Très cordialement et bon courage!
PS. Félicitations pour vos derniers articles sur les bunkers, très intéressants!

Réponse : A vrai dire, je n'ai pas su comment comprendre ce message à la première lecture et puis j'ai rédigé ma réponse et espéré le malentendu. Faute de nouveau message, je crois qu'il faut en conclure que cette lecture est la bonne.
Il faut aussi y voir une raison d'exister à ce site : donner la réalité de ce qui s'est passé en réflexion à qui la cherche, afin de ne pas en rester à des a-priori mais fonder un point de vue averti.

Merci pour votre mot et votre intérêt concernant les pages sur les Bunkers 1 et 2. J'accorde beaucoup d'importance à ces deux lieux qui sont ceux de la mise en marche de la machine d'extermination à Birkenau et vraisemblablement aussi ceux où les membres des SK ont subi le pire.
   
Messages : 61 à 80
Page : 4
Nombre de messages : 119