Retour à l'accueil du siteRetour à l'accueil du site
Livre d'or du site Sonderkommando.info


Ecrire un message


Afficher uniquement les messages comportant le(s) mot(s) suivant(s) :

Messages : 1 à 20
Page : 1
Nombre de messages : 119
<< précédente
1-2-3-4-5-6
 
le 09/02/2016 à 03:43

Hallo Veronique - des nouvelles - Eliezer Eizenschmidt est mort l'année dernière - je ne sais pas exactement quand, mais je l'ai appris par ma collègue en Israel.
Alex

: Merci beaucoup Alex, même si c'est la triste nouvelle de la disparition d'un "Mensh".
Je vous réponds plus complètement par mail.
Par ailleurs, j'ai commis un post sur le blog du site à ce sujet (http://sonderkommando.info/blog/)
 
le 14/07/2014 à 09:22

Bonjour Madame,
Je reviens de Cracovie et du festival de la culture Juive. J'avais prévu dans mon programme la visite du camp d'Auschwitz. J'avais lu votre article sur votre voyage avant mon départ.
J'ai choisi pour me rendre au camp un taxi, il s'agit d'un jeune Juif de la communauté, prix pour un AR 60€ (le monsieur a attendu dans sa voiture).
je suis arrivé avant 10h du matin et en insistant j'ai pu visiter sans guide.
J'ai été surpris tout d'abord par l'affluence des visiteurs en majorité Polonais.
Beaucoup de blocs (Auschwitz) sont fermés ou non visitable. Je ne sais pas si cela est un ressenti mais je me suis retrouvé seul dans certains blocs alors que les blocs de torture et autres étaient surchargés!!!
A Birkenau c'est l’étendu du camp qui m'a impressionné j'ai d'ailleurs voulu coupé par le milieu et je me suis retrouvé en face d'un barbelé.
Le camp est très aseptisé excusez moi du mot en comparaison avec Yad Vashem peut être du fait que je n'ai pas visité le musée extérieur, je n'ai pas voulu.
Voilà, à Cracovie la culture Juive est un vrais business et je ne veux pas m'étendre sur le sujet, c'est un vrais débat.
Cordialement.
 
le 27/04/2013 à 18:15

Madame je dois vous dire que votre site est tout bonnement exceptionnel. Je suis en classe de 3ème au collège et nous sommes actuellement en train d'étudier la Seconde Guerre Mondiale. Nous avions une dissertation sur le sujet de notre choix et j'ai choisis les Sonderkommandos en parcourant votre site, qui m'a été d'une grande aide. Il est très bien construit et documenté. Grâce a lui, j'ai eu 20/20. Je vous remercie
 
le 22/04/2013 à 17:03

"La spirale" je la ressens chaque fois que l'occasion (le net) me scotche à mon clavier-écran. J'ai 82 ans, non j'étais loin aux dates de cet enfer, et ceux qui étaient dans "l'enfer de l'enfer", ET QUI ONT SURVECU, sont à soigner spécialement.

Je n'aime pas dire "oui, je m'intéresse à ceci ou à cela", et je n'aime pas voir sourire un orateur. Je préfère dire: "je suis concerné par...".

Trés grands encouragements, et bien des satisfactions pour votre travail.
 
le 11/04/2013 à 18:24

chere madame,
merci de votre site qui est tres intéressant. je vous écris pour vous demander un renseignement. Je cherche les minutes du proces d'Eichmann, spécialement la défense d'Eichmann, ses propres mots, en français bien sure. Auriez-vous une idée ou je peux les trouver...
Merci pour votre attention.

Réponse : Bonjour.
Il y a le journal de Haïm GOURI (http://sonderkommando.eu/index.php/ressources/livres/sur-les-proces/196-haim-gouri-la-cage-de-verre-journal-du-proces-eichmann) mais sans doute "Eichmann par Eichmann" de Pierre JOFFROY correspondrait davantage à votre demande.
 
le 22/01/2013 à 00:11

Chère Véronique Chevillon,

Un peu renseignée au fil des ans sur les menées nazies, je viens de lire attentivement «Des voix sous la cendre» (Calmann-Lévy, 2005). C'est un tel fatras éditorial — en ce qui concerne la forme, le fond n'étant pas contestable—, truffé de négligences de tout ordre, que j'en ai constitué un relevé ahuri de six pages, par souci de dignité face aux morts et aux lecteurs (les feuilles se détachent très vite de la mauvaise colle du dos, mais rien que pour les «deux fermes immergées dans les environs de Birkenwald», on en rit).

C'est ainsi que j'ai découvert votre site : plusieurs pages de fond, la présentation de l'auteur, le Livre d'or — instructif du début à la fin (bravoure dans vos réponses à certains messages !), et aussi intéressant, pour d'autres raisons, que le «Livre d'or» d'Auschwitz dont Adrien Le Bihan donna un florilège commenté délectable («Auschwitz Graffiti», Librio, 2000).

En attendant que se vérifient ou non les sombres visées, amplement attestées et toujours possibles, du bien auto-nommé Egodram, je trouve ce site très élégant (une façon d'être et de faire exigeante sans raideur).

Merci de ne pas me remercier pour ce «gentil» commentaire, comme vous l'écrivez souvent. Je ne suis pas gentille du tout (vraiment pas du tout). C'est juste nécessaire.
 
le 15/12/2012 à 10:51

Chère Madame,
Votre site est exceptionnel.
Je m'intéresse à la Shoah depuis mon adolescence (j'ai quarante huit ans).
J'ai lu des dizaines d'ouvrages et je ne vois pas de critique du livre de Steiner sur Treblinka.
Il me semble très bien, l'auteur ayant, à mon sens, très bien compris la problématique nazie quant à l'extermination des Juifs.
Qu'en pensez_vous ?

Réponse : Bonjour.

Je vous remercie de votre message.

En effet, le livre de JF Steiner ne figure pas dans ma bibliographie, sur le site. La première raison en est que mon sujet était censé être circonscrit aux prisonniers membres des Sonderkommandos d'Auschwitz et Birkenau. Mais en effet, comme vous l'avez vu, je me suis autorisé quelques débordements, avec le temps, dont ces deux pages sur Treblinka.

La seconde raison expliquant que je n'ai pas chroniqué ce livre est le débat qui l'entoure. Je vous propose de prendre connaissance de la réaction de R. Glazar, survivant de Treblinka, que vous trouverez ici : http://holocaustcontroversies.blogspot.fr/2006/10/richard-glazar-on-jean-francois.html
ou, plus sobre, de la réponse d'Eddy Marz sur ce forum : http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/t10668-treblinka-de-jean-francois-steiner

Espérant que cela répondra à votre question, je vous remercie encore de votre message.
 
le 16/08/2012 à 12:54

MERCI (…) votre travail est doublement exceptionnel.
D'une part pour l'étendue et par l'approfondissement de vos recherches, et encore également par les qualités de clarté et de précision par lesquelles vous exposez vos résultats, dans ces matières si complexes et déconcertantes, et il est rare de rencontrer simultanément ces deux savoir-faire d'enquête et d'exposé.
D'autre part, et enfin, votre travail est exceptionnel par vos qualités de tact, de sensibilité et de générosité, qu'on ressent à chaque instant. Ces qualités humaines n'étaient pas certes nécessaires à la validité de vos recherches historiques, mais c'est une vraie rencontre heureuse, car la nature si spécifique de votre domaine de recherche méritait amplement un regard profondément humain.
Ainsi, on ressent qu'il y a une personne derrière votre travail descriptif de cet aspect particulièrement insoutenable au cœur de l'enfer nazi. Que cette personne (vous !) soit ici vraiment remerciée, car votre présence discrète est la hauteur des figures historiques à qui vous rendez justement hommage, les victimes de la Shoah, et d'abord ces résistants intellectuels surhumains qu'ont été les témoins membres de Sonderkommandos.
Mais vous devez également être remerciée car vous vous êtes ainsi mise à la hauteur du respect nécessaire qui est dû à tous les lecteurs contemporains de bonne foi (les jeunes d'aujourd'hui notamment) chaque fois qu'ils feront l'effort de s'intéresser à cette période historique si tragique, qui dépasse nos capacités d'appréhension.

Réponse : Bonjour Luc.

Que répondre à un texte aussi enthousiaste et chaleureux ?
Je suis, bien entendu, ravie de savoir que des lecteurs de mon site, non seulement y trouvent un intérêt historique certain, mais en pensent tant de choses positives par ailleurs (quant au style et à ma personnalité qui y transparaîtrait. J'utilise un conditionnel pour exprimer combien j'ai d'abord été dubitative lorsqu'on a commencé à me faire cette remarque. Comme elle s'est multipliée depuis, je n'ai plus qu'à en accepter la véracité !)

Je vous remercie -avec simplicité mais émotion- pour ce beau message.
 
le 12/05/2012 à 16:49

Monsieur c'est avec émotion que j'ai parcouru votre site. Il est très bien et vos dessins nous raconte ce que vous et tant d'autre (trop) personnes ont vécus durant la guerre de 39-45. Pour l'un de mes sujets d'histoire de l'art (raconter la vie et l'horreur des camps de concentration et d'extermination) j'ai choisi de parler de 4 de vos dessins qui m'ont marqués et qui nous permets de voir ce qu'il s'est passé durant cette affreuse guerre.

Réponse : Bonjour.
C'est une femme qui réalise ce site, mais ça n'a guère d'importance, et puis tu es loin d'être le seul qui m'appelle Monsieur !
Je crois comprendre, à travers ton message, que tu es élève en classe de 3è. J'imagine que tu travailles sur l’œuvre de David Olère. Il est né en 1902 et mort en 1985 (à 83 ans, donc). Son fils, qui était l'un de mes amis proches, est décédé également. Je ne doute pas que ton message leur aurait fait plaisir.
Il semble que beaucoup d'élèves préparant l'épreuve d'histoire de l'art travaillent sur ces productions évoquant Auschwitz et Birkenau et passent par mon site. J'espère qu'il vous aide à mieux comprendre et réfléchir aux questions que cela soulève.
Je te remercie de ce commentaire que tu as pris le temps de laisser et te souhaite bonne chance pour ton épreuve d'histoire de l'art.
Véronique.
 
le 28/03/2012 à 21:32

Bjr monsieur. C'est avec émotion que je suis arrivé sur votre site. Je vais vous expliquer ma présence. Je suis un antifasciste forcené et mes héros sont les membres de l'affiche rouge, entre autre. Bref, je me croyais prêt pour lire les monstruosités des négationnistes. Je me demandais comment ils faisaient pour attirer à eux tant de gens. Comment pouvaient-ils douter? Comment pouvaient-ils trouver des preuves de ce qu'ils avançaient? J'ai commencé à lire Faurisson, un maitre en la matière et j'ai compris que tout n'est pas dit. Je prends pour exemple le cimetière de Carpentras affaire dans laquelle il a défendu Le Pen et les siens jusqu'à ce que l'on s'aperçoive que réellement c'étaient des néos nazis. Je pensais bien qu'ils s'agissait de prisonniers qui s'occupaient des corps. J'ai lu le rapport Leuchter, il dit ne rien avoir trouvé, aucune trace de Zyklon. Comment se fait-il? Je sais qu'ils ont du faire disparaitre le maximum de preuves avant la défaite définitive. Bref, je suis heureux d'avoir découvert votre site qui m'apporte des renseignements importants. Je suis ému lorsque je pense à toutes ces pauvres personnes mortes pour telles ou telles raisons, toutes plus folles les unes que les autres. Je vous apporte mon profond respect pour votre travail malheureusement encore nécessaire lorsque l'on contemple la folie ambiante. Nous ne sommes à l'abri de rien. Merci encore pour votre travail et bravo. Bon soir.

Réponse : Bonsoir.

Il s'avère que le Monsieur est une dame ... mais la chose est anecdotique.
Votre commentaire est fort intéressant. Je songe d'ailleurs parfois à une page concernant le négationnisme, mais je me demande aussi si cela a beaucoup de sens dans ma situation, où le manque de temps chronique est la principale pesanteur et mon problème majeur.

Je n'ai pas lu le rapport Leuchter à ce jour, mais peut-il dire n'avoir pas trouvé de traces de Zyklon avec toutes les tonnes de ce produit qui ont été commandées pour Auschwitz ? J'imagine plutôt qu'il devrait affirmer que cela n'a servi qu'à "gazer les poux" (puisque ce produit est à l'origine un insecticide qui, en effet, était utilisé pour la désinfection des vêtements comme des lieux).

Quoi qu'il en soit, je vous remercie pour votre message et je crains qu'en effet, nous ne soyons à l'abri de rien, si la bête est en l'homme... sauf à comprendre comment la museler ?
 
le 17/03/2012 à 21:23

Mon ami Marco Valdo M.I. et moi, nous vous dédions une chanson écrite ce jour et qui devrait vous intéresser... Vous devriez la trouver à l'adresse : http://www.antiwarsongs.org/canzone.php?lang=it&id=40759
Elle s'intitule Un Beau Mariage.
C'est en l'écrivant qu'on vous a rencontrée...
Le reste est dit dans l'introduction de la chanson.
Bien cordial
Courage.
Nous avons comme devise : Ora e sempre : Resistenza !

Réponse : Bonjour.
Un très grand merci, très ému.
Non seulement j'apprécie votre texte, que je trouve tout à fait réussi, non seulement je suis touchée par le fait que vous m'accordiez cette dédicace, alors même que nous ne nous connaissons pas, mais au-delà je me suis en effet rendue sur les diverses pages de votre "Dachau express". Je les ai lues avec intérêt, comme vous le soupçonniez. Je regrette seulement qu'elles ne soient pas disponibles à l'écoute.
Enfin vous m'avez appris qu'une mise en scène destinée à faire entendre le procès de Francfort avait été présentée à La Commune d'Aubervilliers en 66, qui plus est avec Pierre Dac. Il se trouve que l'extrait conservé par l'INA concerne Hans Stark, "personnage" tout à fait particulier... Inutile de vous dire que tout cela me parle énormément.

En août 43 c'était la révolte de Treblinka, en septembre se constituait le noyau du groupe de résistance du Sonderkommando de Birkenau, en octobre c'était la révolte de Sobibor. On est toujours seul, mais on n'est jamais seul.
Clapsabot, clapsabot...

Encore merci.
 
le 07/02/2012 à 13:39

Bonjour Véronique,
Après nos nombreuses discussions en Israël autour de tes recherches, j'ai enfin pris le temps de parcourir sérieusement ton site ! Bravo pour cette somme énorme, rigoureuse, bien écrite et surtout très documentée scientifiquement. Je n'avais rien vu de tel sur le sujet jusqu'à présent.
Je diffuse ton lien à mes collègues !
@ très bientôt !
Amitiés
Domi

Réponse : Bonjour !
Merci pour ce message enthousiaste.
Le seul "défaut" de ce séminaire en Israël : il faut que j'y retourne pour travailler aux archives de Yad Vashem ...
A bientôt... au prochain séminaire ;)
 
le 01/02/2012 à 17:17

bonjour
félicitations pour votre travail. comme vous on reste sans voix devant certains acquittements ou certaines peines ridicules. la monstruosité de ce à quoi on ne peut donner un nom, nous obsèdera éternellement.
amitiés

Réponse : Bonjour.
Je vous remercie pour votre message.
En effet, la chose est effrayante, entre les peines souvent faibles -eu égard aux actes commis- et les temps d'incarcération réellement effectués. Comme j'écrivais à propos du procès de Majdanek : l'indignation se mêle à la consternation.
Cordialement,
Véronique.
 
le 26/01/2012 à 12:53

Bonjour,
Je suis en train de mettre en scène une pièce sur les crématoires et donc les nazis ; je tiens à souligner la qualité de votre site et vous remercie pour tout votre travail.
Bien à vous,
HM

Réponse : Bonjour !
Cette pièce s'inspire-t-elle d'un texte ? Si oui, lequel ? Savez-vous déjà où et quand elle sera visible ? Peut-être peut-on avoir des informations complémentaires quelque part sur le net ?
Vous suscitez l'intérêt et la curiosité !
Merci pour votre message.
Véronique.
 
le 25/01/2012 à 09:03

Merci pour votre travail et un grand bravo pour le site.
Au delà de la démarche sur les SK, que j'admire et soutiens, bravo pour la biographie des SS identifiés. Leur réintégration majoritaire dans la vie civile, avec le soutien de telles ou telles autorités, est un sujet douloureux.
Bon courage et continuez.
Je reviendrai dès que je pourrai!

Réponse : Bonjour.
Je vous remercie pour vos encouragements et espère que vous continuerez à être intéressé par le site en y trouvant les informations que vous cherchez.
A bientôt donc !
Véronique.
 
le 13/01/2012 à 10:24

Bonjour,
Un site vraiment très intéressant, richement documenté, que je viens de découvrir après la lecture du livre de Shlomo Venezia, Sonderkommando en effectuant quelques recherches sur le Net.
La réhabilitation des hommes du sonderkommando que vous faites à travers leur histoire mérite d'être mieux connue.
Envisagez-vous des recherches similaires sur les hommes en charge des fours crématoires et des chambres à gaz dans les autres camps comme à Majdanek, Treblinka, etc? Je comprends aussi l'investissement que cela peut représenter...

Il est certain qu'il y a toujours des choses à apprendre sur ce sujet. C'est de cette façon que j'ai découvert sur le site actuel de l'ancien sous-camp des juifs de Blechhammer (qui dépendait d'Auschwitz III Monowitz), camp situé à l'ouest de Gliwice en Haute-Silésie, la présence d'un four crématoire toujours visible aujourd'hui.

Tout mon respect pour ce lourd et intéressant travail de recherche que vous effectuez et que vous nous faites partager.

Jacques
www.shabbat-goy.com - Traces juives en Pologne

Réponse : Bonjour.

Je vous remercie de votre message et vous prie de m'excuser du délai de réponse.

Je m'intéresse bien entendu aux prisonniers qui ont travaillé dans la "zone de mort" des différents camps. J'utilise cette expression parce qu'ils n'étaient pas forcément appelés "Sonderkommandos", en particulier à Treblinka où ce vocable (qui ne signifie rien d'autre et surtout rien de plus précis que "commandos spéciaux") était utilisé... pour les SS du camp !
Malgré cet intérêt, je n'envisage pas de créer de pages spécifiques sur le site dont le sujet reste Auschwitz et Birkenau, même si quelques unes (je pense en particulier aux "pages zoom") sont des incursions sur des sujets voisins.

J'ignorais l'existence de traces de Blechhammer et vous remercie de cette information. Je ne manquerai pas de m'y rendre lors de mon prochain voyage à Auschwitz.

J'ai découvert et visité votre site avec intérêt. Je me disais, en regardant les diaporamas, qu'il serait peut-être judicieux d'utiliser la phrase de texte sous chaque image pour donner quelques informations qui enrichiraient davantage le regard du visiteur (mais ce n'est peut-être pas possible ?)
Bravo en tout cas de ce travail mis à disposition de tous !

Cordialement,
Véronique.
 
le 06/01/2012 à 19:04

Chère Véronique,
J'ai voulu jeter un coup d'oeil à ton site, et j'y ai passé deux heures, mais ce n'est qu'un début. Je suis très impressionné par la précision et la clarté des informations, et par ta présence modeste. C'est d'une grande humanité, comme l'ensemble de ce projet. Impressionné au point d'être tenté d'écrire "Madame", mais heureux d'avoir eu la chance de parler avec toi.
Je ne connais que quelques films ; je me retrouve dans plusieurs appréciations que tu formules sur ceux-là, mais tu n'as pas mentionné, je crois, La petite Prairie aux bouleaux de Marceline Loridan-Ivens sorti en 2002, que j'aime bien.
Respect et amitié.
Talmi

Réponse : Bonjour.
Merci de ton passage, de ton intérêt et de la délicatesse de tes propos.
En ce qui concerne le film, il ne fait pas partie de ceux que je n'ai pas encore pris le temps de chroniquer sur le site. Le croiras-tu, je n'ai toujours pas vu La Petite prairie aux bouleaux dont j'ai pourtant beaucoup entendu parler. La principale raison de ce manque : je priorise toujours les documents (écrits ou filmiques) les plus anciens. Ce n'est, pour autant, pas une excuse. Promis : la prochaine fois que nous nous rencontrerons je l'aurai vu et nous pourrons en parler !
 
le 06/01/2012 à 06:29

Chère Véronique.
Bravo pour le travail fourni et la somme historique que tu donnes à lire sur ce site. Bravo aussi pour les réponses éclairées que tu proposes à tes lecteurs. Je te souhaite pour cette nouvelle année de continuer (jusqu'à 120 ans) tes investigations afin de nous permettre d'acquérir voire d'affiner la connaissance des Sonderkommandos pour mieux transmettre.
Avec toute mon amitié,
Sylvie

Réponse : Bonjour.
Merci pour ton gentil message.
Pour ce qui est du site, je te propose en particulier les liens vers :
- Lodz : http://www.sonderkommando.info/actu/Lodz/index.html
- et "aller à Auschwitz" : http://www.sonderkommando.info/actu/aller_a_auschwitz.html
Elles ne sont pas trop visibles sur le site, mais je les crois susceptibles d'être particulièrement intéressantes pour ceux qui ont participé à l'université d'été en Pologne quant à la première, et pour les enseignants en général quant à la seconde.
Une nouvelle mouture du site est en construction...

Je n'ai pas encore lu le livre de Maxi Librati, mais des éléments le concernant sont susceptibles de t'intéresser :
- http://abonnes.lemonde.fr/shoah-les-derniers-temoins-racontent/article/2005/07/04/lettre-de-maxi-librati-envoyee-de-drancy-a-ses-parents_668585_641295.html
- http://www.memorialdelashoah.org/b_content/getContentFromNumLinkAction.do?itemId=1190&type=1

Je te souhaite une belle année, tant pour tes recherches que pour ce qui est du domaine privé.
Très amicalement,
Véronique.
 
le 02/01/2012 à 19:58

Chère Véronique
Je me fais une joie de vous offrir pour cette nouvelle année, à vous et à toute votre famille, des vœux de bonheur pour vous tous.
Avec mon respect et mon admiration.
Christian

Réponse : Bonjour Christian.
Savoir que vous passez toujours par le site me fait grand plaisir !
Je vous souhaite moi aussi une année sereine et pleine de douces et belles surprises. En ce qui me concerne, j'ai eu la chance de participer cette semaine (je rentrais ce soir) à un séminaire organisé par le Mémorial de la Shoah en Israël (Musée des combattants des ghettos et Yad Vashem notamment). Un programme de visites et de conférences très intenses et très riches, comme toujours. 2012 semble donc vouloir commencer sous les meilleurs auspices !
Très cordialement,
Véronique.
 
le 12/12/2011 à 21:45

Bonjour Madame,

les mots me manquent tant le travail exposé sur ce site est d'une dimension sans égal comparé à ce que j'ai pu croiser par le passé sur la Toile. J'ai déniché (je vous prie de me pardonner l'expression) sur vos pages plus de renseignements sur les Sonderkommandos en une heure que parmi les innombrables miroirs d'Internet en plus de deux ans. Je ne peux que m'incliner devant votre travail des plus honorables. Je vous avoue avoir ouvert votre site par le plus grand des hasards et avoir été capté immédiatemment tant par la quantité que par la qualité des informations que, grâce à vous, d'autres peuvent atteindre. J'ai ici trouvé bien plus de renseignements que je ne pouvais éspérer.
Pour vous exposer très rapidement mes motivations, je rédige un roman dont le personnage principal est un prisonnier (imaginaire bien sûr) à Birkenau. Etant sourd, il ne décrit ce qui l'entoure qu'à travers sa vue et son odorat. Loin de vouloir narrer de façon trop fictive son environnement, j'ai tenté du haut de mes 22 ans de retranscrire à travers ses yeux l'horreur du camp. Je n'ai pas beaucoup de pages à mon actif cependant les rares personnes ayant lu mes lignes m'ont témoigné un sentiment de "terreur" de "choc" et d'impressions "irréelles". Or, mon objectif à travers ce récit cru est de rendre possible un renouveau du Devoir de Mémoire auprès des jeunes générations (dont je fais tout de même partie). Le désir est mien également de tenter de retranscrire l'horreur des camps pour que le lecteur aie l'impression d'en faire partie. Ce travail d'écriture peut certes sembler indécent... Mais que serait un Devoir de Mémoire s'il n'était constitué que de chiffres comme le sont la plupart de nos manuels d'Histoire ?
Sur ce et après cette brève exposition, je vous remercie une nouvelle fois pour la qualité de vos travaux et pour la possibilité que vous donnez à tous d'accéder à de plus amples informations sur les Sonderkommandos et sur la Shoah en général. Ce site est pour moi bien plus qu'une encyclopédia, c'est un Hommage.

Avec tous mes respects Madame.

Réponse : Bonjour.
Je ne sais quoi répondre sur l'instant, tant votre message est dithyrambique. Je suis très touchée en particulier parce que, outre le fait d'avoir trouvé des informations que vous cherchiez, vous considérez mon travail comme le lieu d'un hommage.
A vrai dire, votre message arrive à un moment d'interrogations lourdes pour moi à la fois quant à l'objet et quant au devenir de ce site. Il fait donc écho en profondeur à ces interrogations. Ma volonté est bien entendu de donner des informations concrètes et fiables à qui s'intéresse à ces sujets (en particulier aux jeunes générations, parce qu'elles sont demandeuses et parce que je suis enseignante). Cette volonté de poursuivre mes recherches ne faiblit pas, mais mon énergie s'épuise. Le manque de temps permanent depuis toutes ces années est éprouvant (ne pas pouvoir dépouiller ce que j'accumule comme archives par exemple est insupportable). En outre, les modes de fonctionnement d'internet commencent à me devenir pesants.
Les textes que j'offre à tout un chacun sur ce site sont le résultat d'un nombre considérable d'heures passées à lire et à rédiger, de vacances annuelles consacrées à des voyages en Pologne ou ailleurs. Certes, il s'agit d'un choix que je fais. Certes je me réjouis de contribuer à rétablir la vérité et à ouvrir la réflexion quant aux prisonniers membres des Sonderkommandos, puisque tel est mon objectif. Il n'empêche que le fait de ne pouvoir travailler que sur mon temps libre -c'est à dire trop peu et de façon trop discontinue- n'est guère efficace et très frustrant, donc usant.
Je ne peux pas dire vers quoi je vais aujourd'hui, d'autant moins depuis que le manque de deux de mes trois indispensables soutiens, à savoir M. Maxime Steinberg et M. Alexandre Oler se fait cruellement ressentir...
J'écris tout cela et je me demande si je dois le mettre en ligne. A quoi sert de vous partager mes états d'âme ?! Mais ce sont vos mots qui suscitent les miens.
Quoiqu'il en soit, je vous remercie chaleureusement pour votre message et vous souhaite d'aboutir dans votre entreprise de rédaction.
   
<< précédente
1-2-3-4-5-6
Messages : 1 à 20
Page : 1
Nombre de messages : 119